DÉVELOPPEMENT ARTISTIQUE ET CULTUREL

OBJECTIF

Permettre aux enfants de s’approprier leur patrimoine culturel et de s’épanouir grâce à la (re)découverte des traditions et des arts.

PROGRAMME

Dès ses débuts dans les camps de réfugiés, Krousar Thmey a mis en place des expositions culturelles grand public – telles que la première exposition Rizières : deux cultures à découvrir mise en place dans tous les camps de la frontière en 1992 – et initié des cours d’art pour les enfants : la musique, les danses traditionnelles et le théâtre d’ombres devaient continuer à vivre au-delà de leurs derniers vieux maîtres. Aujourd’hui, le programme se décline en deux volets : une école d’arts et culture khmers ouverte toute l’année, et des enseignements dans les structures de l’association pour tous les enfants pris en charge.

NOTRE ÉQUIPE SUR LE TERRAIN

élèves à l'école d'arts et de culture Khmers

enfants bénéficiant de cours d'art dans les structures d'éducation et de protection

enseignants


TÉMOIGNAGE
Ann, musicien, accueilli au centre de protection de Takmao

Ann est entré au centre à l’âge de 5 ans. Aujourd’hui âgé de 14 ans, il a désormais rejoint les bancs de l’école publique et est en grade 6. Dans le cadre du programme de développement culturel de Krousar Thmey, il a appris à jouer de divers instruments traditionnels tels que le roneat (sorte de xylophone khmer) ou encore le skor, tambour traditionnel.

Découvrez son histoire

« Au début, je trouvais l’apprentissage vraiment difficile. Mais je me suis accroché et j’ai continué à m’entraîner, avec l’aide de mes professeurs. Je me suis toujours dit que moi aussi je pouvais réussir, comme n’importe quel autre enfant. » De toutes les danses et musiques enseignées dans le programme de Krousar Thmey, la danse appelée Chamiya est sa préférée car « elle ne requiert pas de compétences trop complexes ; elle est donc plus rapide à apprendre.» Car si Ann aime apprendre, il apprécie surtout de se produire en public. « En plus du fait que je puisse me dégager un revenu, quand je suis invité à jouer quelque part, je rencontre beaucoup de gens et découvre des endroits qui m’étaient inconnus. J’aime rendre les gens heureux. C’est un grand changement par rapport à l’époque où je vivais dans la rue. A l’époque, les gens me méprisaient. Je pense que l’art m’a permis de surmonter mes difficultés, de me libérer d’une certaine tension. J’adore apporter la joie au public ; maintenant je suis plus sûr de moi, plus indépendant. » Mais le succès n’est pas monté à la tête de l’adolescent qui continue à s’entraîner 2 heures par jour, en plus de ses études au collège. « Je veux rester concentré jusqu’à l’obtention de mon diplôme. Ensuite, j’aimerais devenir un artiste professionnel au Cambodge ! »

DÉCOUVREZ LES PROJETS DE CE PROGRAMME :

ECOLE D’ARTS
ET CULTURE KHMERS

Pour proposer un lieu ouvert à tous dédié à l’apprentissage des arts traditionnels cambodgiens afin de faire survivre cette culture millénaire.

DANSE ET MUSIQUE POUR ENFANTS
SOURDS OU AVEUGLES ET POUR ENFANTS DÉFAVORISÉS

Utiliser les arts comme thérapie pour développer la créativité et la confiance en soi des enfants.

ACTUALITES

Aucun résultat

La page demandée est introuvable. Essayez d'affiner votre recherche ou utilisez le panneau de navigation ci-dessus pour localiser l'article.

Font Resize